La guerre sans armes de Desmond Doss sonne le come-back sur scène de Mel Gibson

La guerre sans armes de Desmond Doss     sonne le come-back sur scène de Mel Gibson

Son nouveau film, « Tu ne tueras point » (« Hacksaw Ridge ») se déroule pendant la Seconde Guerre mondiale, rend hommage aux soldats et particulièrement aux combattants sans munitions à l’instar de Desmond Doss qui a refusé de tuer ses semblables.

Mel Gibson arbore sans conteste le profil d’un vétéran dans le cinéma américain. L’acteur américano-australien a réussi à faire irruption et à se tailler une place à Hollywood, un des temples mondiaux du septième art. Deux de ses films le portent à un haut degré d’honneurs « Mad Max » et « L’arme fatale ».

Le couronnement de Mel Gibson comme star mondial survient en 1996, lorsqu’il reçoit un Oscar grâce à « Brave heart », un film qu’il a produit et réalisé. Cheveux coupés en brosse, barbe blanche, le cinéaste ne compte pas à 60 ans, s’arrêter en si bon chemin. Loin de là. Sa nouvelle production, « Tu ne tueras point», sortie en France au cours de ce mois de novembre suscite déjà sur plusieurs plans, des réactions positives des cinéphiles du monde.

Les consciences agitées

Aux dires de Mel Gibson, son film entend « rendre hommage et honorer les soldats ». « Tu ne tueras point » se déroule pendant la Seconde Guerre mondiale et met en scène le destin singulier de Desmond Doss (1919-2006), un caporal de l’US Army. On peut croire que la Seconde Guerre mondiale et d’autres conflits, vécus par l’humanité relèvent désormais de l’histoire. Erreur. Ces guerres planétaires et historiques agitent toujours bien des consciences quel que soit le camp dans lequel l’on se situe, autant chez les vainqueurs que chez les vaincus.

Témoigne cette déclaration en conférence de presse de Mel Gibson à la Mostra de Venise : « Un homme qui se refuse à porter une arme et à tuer pendant une guerre accomplit une noble cause ». En faisant référence aux dizaines de milliers de vétérans américains qui mettent fin à leurs jours après le conflit, il souligne qu’ « Il est bien triste de voir tant de vétérans du Vietnam se suicider alors que cette guerre a déjà fait de nombreux victimes ».

Dans « Tu ne tueras point », Andrew Garfield incarne Desmond Doss, le héros. Il s’engage résolument dans l’armée américaine avec dans sa tête une mission principale à accomplir, à savoir, sauver des vies en tant que médecin sur la ligne de front. Fidèle à cet engagement, il refuse de porter une arme. Desmond Doss « sait, au fond de lui, qu’il n’est pas fait pour prendre la vie d’autrui, il veut servir une cause plus grande que lui et trouve sa propre voie pour y parvenir. Chacun de nous peut apprendre de lui », souligne l’acteur Andrew Garfield qui estime par ailleurs que Desmond Doss « fait tout ce qui est en son pouvoir pour réaliser le bien ».

 Dans une situation infernale

Lors d’une conférence de presse à Beverly Hills, Mel Gibson a expliqué la conduite de son héros qui « met en lumière ce que cela signifie pour un homme de conviction et de foi de se retrouver dans une situation infernale… et, au milieu de ce cauchemar, cet homme est en mesure d’approfondir sa spiritualité et d’accomplir quelque chose de plus grand ».

Pour mémoire, après l’Oscar que reçoit Mel Gibson en 1996 grâce à son film « Brave heart », il produit tour à tour « La passion du Christ » (2004), « Apocalypto » (2006), le thriller policier « Hors de contrôle » (2010). Au delà de sa production cinématographique, bien qu’il ne l’admet pas, l’image de Mel Gibson est souvent associée aux accusations d’antisémitisme et de comportement violent.

Et pour cause. Son film « La passion du Christ » le place au centre d’une controverse et le jette dans le camp des partisans de l’antisémitisme. Deux années plus tard, Mel Gibson déclenche l’incident de Malibu au cours duquel il a notamment couvert un policier d’insultes antisémites et menacé la police. Bien qu’ayant par la suite présenté des excuses pour son inconduite, le cinéaste avait été condamné à trois ans de mise à l’épreuve. Un malheur ne venant jamais seul, après l’incident de Malibu et vers la même période, Mel Gibson et sa femme mettent fin à leur 26 ans de mariage. En 2011, il échappe de justesse à la prison pour avoir frappé son ex-compagne, la Russe Oksana Grigorieva.

Parlant du nouveau film de Mel Gibson, Jeff Bock, analyste de la société spécialisée Exhibitor Relations, affirme que « Tu ne tueras point », semble avoir le soutien des critiques, ce qui est prometteur.

Emmanuel Mba Ngono

Source : Culturebox (avec AFP)