Guerre pour la sécurité des vaccins : Robert De Miro aux côtés de Robert F. Kennedy Jr


Les deux personnalités jettent 100 000 dollars (95.000 euros) dans la bataille.

Incapable de se séparer de sa grande stature de star hollywoodienne, Robert De Miro incarnait avant tout, pendant la conférence de presse tenue le 15 février 2017 aux USA, l’image d’un parent angoissé par la maladie de son enfant. L’acteur, réalisateur et producteur de cinéma a un enfant qui souffre d’autisme. Comme faisant recours à la technique du flash-back, De Miro se rappelle que la maladie a pris une tournure plus inquiétante, le jour où son fils a reçu l’injection du thimérosal, un composé chimique contenant du mercure qui entre dans la composition des vaccins pour éviter toute prolifération bactérienne et fongique. Depuis ce jour, c’est un père de famille bouleversé car, au fil des décennies le couple autisme–vaccin, aux Etats-Unis et ailleurs, se trouve au cœur des débats houleux qui impliquent le corps médical, des scientifiques, les médias et des familles ordinaires préoccupées par la santé de leurs progénitures.
Mettre l’enfant à l’abri de tout danger
Robert De Miro faisait partie d’un paneliste de quatre personnes conduites par Robert F. Kennedy Jr, avocat et militant anti-vaccination. « Nous ne sommes pas des personnes opposées à la vaccination, nous nous combattons pour la vérité. Nous voulons que la science, la presse fassent leur travail pour établir la vérité », ont-ils déclaré. Sur-le-champ, Robert F. Kennedy Jr et Robert De Miro ont annoncé aux acteurs des médias qu’ils offrent la somme de 100 000 dollars (95 000 euros) à qui pourrait prouver que le vaccin contre la rougeole, la rubéole et les oreillons ne constitue pas un danger pour la santé. « L’enfant doit être à l’abri de tout danger, y compris celui qui pourrait provenir des vaccins », ont martelé les panelistes qui d’ailleurs sont connus pour le combat qu’ils mènent pour la sécurité des vaccins.

Robert F. Kennedy Jr, établit un lien entre autisme et vaccination sur la base d’une étude scientifique controversée, et totalement réfutée par le corps médical et les autorités de santé. Il mène à cet effet une campagne anti-thimérosal retentissante. En 2014, il publia un livre dans lequel il décrit les dangers du mercure contenu dans le thimérosal. Robert De Niro s’est engagé aux côtés des adeptes de Robert F. Kennedy Jr.

Rappelons que le nouveau président américain, Donald Trump, pendant sa campagne électorale a abordé à plusieurs reprises la sécurité des vaccins, tout comme, l’existence d’un lien entre les vaccins et les troubles du spectre de l’autisme. Le 10 janvier, Robert F. Kennedy Jr a rencontré Trump et aurait abordé singulièrement le dossier relatif à la sécurité des vaccins.

En France enfin, le Pr Luc Montagnier a attiré l’attention de l’opinion sur le fait que l’autisme, le cancer et la vaccination font mauvais ménage, dans une interview accordée à alterinfo.net, lors du congrès sur l’autisme tenu à Paris du 30 au 31 janvier 2016. Abordant particulièrement ce qu’il a appelé « l’épidémie mondiale de l’autisme», il a révélé que 600.000 personnes souffrent de cette pathologie en France.

Les accidents des vaccins
Sans éluder le problème de la vaccination des malades de l’autisme, le Pr Luc Montagnier a été clair : « On ne discute pas du rôle des vaccinations, a-t-il déclaré. Les vaccinations ne sont pas les causes de l’autisme, mais elles peuvent être des facteurs qui participent au déclenchement de l’autisme, comme une sorte d’étincelle sur un terrain préparé. Il faut prévenir cette étincelle. Il revient aux pédiatres de tenir compte de l’état de l’enfant, au lieu de le vacciner d’emblée selon les calendriers officiels. Il ne faut pas vacciner un enfant qui a une petite inflammation rhino-pharyngite car les vaccins contiennent maintenant des adjuvants très puissants. Il faut éviter d’être le pompier pyromane. Il faut également être modéré dans le nombre des vaccins à administrer à un enfant. A l’heure actuelle il y a des enfants qui peuvent recevoir 10 à 30 vaccins. Ceux qui tuent les vaccins sont ceux qui refusent les accidents des vaccins ».

Emmanuel Mba Ngono
Sources : LEXPRESS.fr & info wars.com & alterinfo.net