Culture du coton au Burkina Echec retentissant des semences OGM de Monsanto

Culture du coton au Burkina Echec retentissant des semences OGM  de Monsanto

Au départ, les paysans burkinabés ne pouvaient que se laisser emporter par l’option de la culture du coton OGM de Monsato. Les avantages qu’offrait ce coton « miracle » apparaissaient tellement nombreux par rapport aux bénéfices issus de la culture du  coton traditionnel. Selon les acteurs de la chaîne de promotion,  les semences de coton OGM  réduisent le volume de travail physique, garantissent la productivité, donnent plus de revenus et par conséquent contribuent à l’amélioration des conditions de vie des cultivateurs. Ce tableau séduisant a produit un impact puisque depuis 2009, Monsanto s’est implanté au Burkina, en Afrique de l’Ouest. 

         Au fil des années cependant, les paysans n’assisteront pas au miracle tant attendu. Ils constatent avec beaucoup de déception que le coton des semences OGM se vend avec difficulté en raison de sa mauvaise qualité.

        Tirant les leçons des espoirs déçus, les cultivateurs burkinabés, courageusement, ont changé le fusil d’épaule en se livrant de nouveau à la culture du coton traditionnel.   Résultat : la première récolte de coton sans OGM s’est déroulée en présence des journalistes de France 2, en tant que témoins privilégiés. Les productions obtenues donnent satisfaction par rapport aux performances des semences OGM.

 

        L’expérience vécue au Burkina semble sonner une alerte et pourra produire un impact certain au-delà de l’Afrique. Les dirigeants de Mosanto l’ont bien compris, lorsqu’ils déclarent que les mauvaises performances des semences OGM au Burkina résultent d’une « mauvaise utilisation du produit ».